Qu’est-ce que l’impôt sur les successions et comment fonctionne-t-il ?

L’impôt sur les successions est un impôt sur votre droit d’héritage. À votre décès, votre patrimoine (ce que vous possédez à ce moment-là) est soumis à un impôt sur les successions, à moins que vos biens n’aient déjà été imposés. L’impôt sur les successions est distinct de l’impôt sur les donations et de l’impôt sur le transfert de génération . Pour bien comprendre, il peut être nécessaire de faire appel à un conseiller financier ou à un comptable.

Comment fonctionne l’impôt sur les successions ?

L’impôt sur les successions est un impôt sur le transfert de biens après le décès. Si la valeur de vos biens dépasse un certain montant au moment de votre décès, le produit de votre succession sera soumis aux droits de succession. Le montant dépend de la date du décès, de la taille de la succession et d’autres facteurs. Les détails des droits de succession varient d’un pays à l’autre, d’un État à l’autre et même d’une personne à l’autre. Pour mieux appréhender, les différents barèmes des droits de succession et de donation, mieux vaut consulter un conseiller financier disponible sur les sites spécialisés comme neofa.
La plupart des pays ont des droits de succession, y compris les États-Unis. Cet article présente les principes de base du fonctionnement des droits de succession. La plupart des gens pensent que les droits de succession sont un impôt sur ce que vous laissez derrière vous à votre décès. Cependant, il est préférable de le considérer comme un impôt sur votre valeur nette de votre vivant. En effet, les droits de succession sont calculés sur la base de la valeur de vos biens au moment de votre décès. L’IRS ne se soucie pas de ce qu’il est advenu de vos biens entre votre vivant et votre décès. Votre succession peut être imposée si votre valeur nette dépasse un certain seuil, en fonction de l’année du décès.

Exceptions à l’impôt sur les successions

Au cas où vous vous poseriez la question, il existe effectivement quelques exceptions à l’impôt sur les successions. Les parents peuvent transmettre de l’argent à leurs enfants sans être imposés. Toutefois, vous devez consulter un fiscaliste pour obtenir les chiffres exacts correspondant à votre situation. Vous pouvez également donner de l’argent en franchise d’impôt à d’autres personnes. Mais attention, si vous donnez trop d’argent, vous risquez de payer des droits de donation. Il existe également quelques exceptions à cette règle. Par exemple, vous pouvez donner de l’argent à une campagne politique en franchise d’impôt. Vous pouvez également donner de l’argent à des organisations caritatives sans payer d’impôt.

Bases de l’impôt sur les successions

La première chose à comprendre concernant les droits de succession est qu’ils sont calculés sur la base de la valeur de vos biens au moment de votre décès. Peu importe que vous ayez reçu ces biens en cadeau de votre vivant. Le fisc ne s’en soucie pas. Il ne s’intéresse qu’à ce que vous possédez à votre décès. Deux bases importantes entrent en ligne de compte dans le calcul des droits de succession. La première est l’assiette des droits de succession. Il s’agit du montant auquel votre succession sera taxée. Elle dépend d’un certain nombre de facteurs, dont la date du décès, la taille de la succession et d’autres facteurs. L’autre base est celle de l’impôt sur les donations. Ce montant correspond à la valeur de tout ce que vous avez donné de votre vivant. Si vous avez fait un don supérieur à ce montant, vous devrez peut-être payer des droits de donation.

Taux et exonérations de l’impôt sur les successions

Supposons que la valeur de votre patrimoine soit supérieure au montant de l’exemption. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Vous devrez payer un impôt sur le montant qui dépasse le montant de l’exemption. Cet impôt s’appelle l’impôt sur les successions. Les taux des droits de succession sont différents dans chaque pays, y compris aux États-Unis. À partir de 2018, le taux de l’impôt sur les successions aux États-Unis est de 40 %. Cela signifie que si votre succession vaut plus de 11,4 millions de dollars, vous devrez payer 40 % du montant supérieur à 11,4 millions de dollars en impôt. Le taux des droits de succession est différent pour chaque personne, en fonction de sa valeur nette au moment du décès, de la date du décès et d’autres facteurs. Le montant de l’exemption des droits de succession varie en fonction de l’année du décès. Vous pouvez trouver les derniers taux sur le site Web de l’IRS.

Comment sont calculés les droits de succession ?

L’IRS utilise une formule compliquée pour calculer les droits de succession. Mais ne vous inquiétez pas. Vous n’avez pas à les calculer vous-même. Votre conseiller en patrimoine ou votre comptable s’en chargera pour vous. Au niveau le plus élémentaire, les droits de succession sont calculés en additionnant la valeur de tous vos actifs, y compris les biens immobiliers, les investissements, les comptes de retraite et autres actifs. Il faut ensuite soustraire vos dettes, vos frais d’obsèques et autres dépenses. Une fois que vous connaissez la valeur de tout ce que vous possédez (votre « patrimoine brut »), vous pouvez soustraire certaines déductions et crédits d’impôt pour obtenir votre « patrimoine net ». Votre succession nette est le montant qui sera imposé. C’est ainsi que l’IRS calcule l’impôt sur les successions.

Options d’allègement fiscal pour les successions soumises à l’impôt sur les successions

Il existe quelques possibilités d’allègement fiscal pour les successions soumises à l’impôt sur les successions. L’une d’elles consiste à payer tout simplement les droits. C’est la solution la plus simple, mais cela signifie également que vous perdez une somme d’argent importante. Une autre solution consiste à réduire la taille de votre succession avant votre décès. Par exemple, vous pouvez réduire le montant de votre succession en faisant un don d’argent à d’autres personnes. Cependant, un don trop important peut entraîner des droits de donation. Une autre option consiste à trouver des moyens de réduire la valeur de vos actifs. Il peut s’agir de vendre des biens immobiliers, de réduire le montant de vos comptes de retraite ou d’encaisser des actions qui ont une valeur élevée.

En résumé

Les droits de succession sont un impôt sur le transfert de biens après le décès d’une personne. Il est calculé sur la base de la valeur des biens d’une personne au moment de son décès. Le montant que vous devez payer est déterminé par votre valeur nette. Il existe quelques exceptions à l’impôt sur les successions, notamment le don d’argent non imposable à d’autres personnes. Le taux des droits de succession varie en fonction de l’année du décès. Il existe quelques moyens de réduire le montant de votre succession avant votre décès, notamment en donnant de l’argent à d’autres personnes et en réduisant la valeur de vos biens.

Rédigé par
Plus d'articles de
Voyage à Venise : quels palais vénitiens visiter ?
Le musée à ciel ouvert qu’est la ville de Venise ne laisse...
Lire la suite